Cette année mon objectif est de rayer des tablettes les vieux records établis avant de passer vétéran et pour commencer je m'attaque à ceux sur 15km et surtout sur semi-marathon qui datent de 2012. Respectivement 59'04" à Charenton (alors que je préparais le marathon de Cheverny) et 1h21'35" sur le parcours du Val d'Europe (quelques semaines avant celui de Francfort).

Je vise 57 minutes à Charenton et choisis le semi-marathon du Val de Marne comme objectif principal, sachant que le record sera dur à battre.

Pour compléter le calendrier de ce 1er trimestre il y aura les Foulées de Vincennes (test sur 10km une semaine avant Charenton) et le semi-marathon de Paris comme meneur d'allure en guise de dernière sortie longue le dimanche précédent la compétition à Nogent.

Je me suis récemment équipé d'une paire d'Adios Boost et d'une paire de Boston Boost, ce sera parfait pour ces différentes distances, les Adios pour les distances les plus courtes et les Boston pour les plus longues.

Après une chrono honorable sur la Corrida de Houilles (37'20"), je reprends l'entraînement une fois les fêtes passées avec le plan de coaching de Chauchau pour ses meneurs d'allure. Travail au seuil et VMA au programme ainsi que quelques séances libres.

Foulées de Vincennes

Première compétition de 2015 où je me fie à mes sensations plutôt bonnes, le chrono final est tout proche de mon record perso : 36'48" (contre 36'34" l'an dernier). Satisfait du choix de chaussures, les Adios sont parfaites pour leur dynamisme. un petit bémol tout de même avec une chute sur la ligne d'arrivée (manque d'adhérence sur surface mouillée ?). La course faite sans ravitaillement ne pose pas de problème.

Foulées Charentonnaises

Premier record personnel battu sous mes nouvelles couleurs "Free Runners - Le Club", le chrono final est conforme à l'objectif : 56'59". Une nouvelle fois les Adios m'ont permis d'avoir une belle foulée, je sens par contre que l'amorti fait défaut et les mollets sont un peu raides après la course. Les manchons Sigvaris pendant la course et les chaussettes de récupération après permettent toutefois de ne pas trop en ressentir les effets. Côté ravitaillement, juste un peu d'eau au 11e kilomètre, gorge un peu sèche à l'arrivée.

10959297_993811003980575_118942500413961146_n

Crédit photo : GiaoRunning

Semi-marathon de Paris

Le seul chrono à tenir est celui de ma flamme : 1h49'41" le contrat est respecté. Je cours en Supernova Glide 7, et je dois avouer que je suis bluffé par leur confort. J'avais déjà été séduit par le modèle de l'an dernier que j'avais notamment porté une bonne partie de la France en Courant. Comme à Charenton les manchons Sigvarism'ont bien aidé à ne pas trop souffrir de cette longue sortie. Je n'ai pas pris le temps de me ravitailler tout au long de la course et il me faudra quelques jours pour me remettre de la déshydratation provoquée par la chaleur.

Semi-marathon du Val de Marne

Après un essai sur piste peu concluant avec les Boston, j'opte finalement pour les Adios sachant qu'elles ont fait leurs preuves. Au matin de la course, un petit déj' composé d'un café, une portion de gatosport (1/8e) et un verre de jus de fruit. Avant la course je complète par une boisson d'attente Overstim's et un gel antioxydant, ces derniers apports en sucres et sels minéraux sont les bienvenus avec départ retardé de 15 minutes. Pendant la course, un simple gobelet d'eau pris à la volée au km5, un gel Energix liquide et une peu d'eau au km10 et un coup de fouet liquide au km16 toujours avec un peu d'eau. Le format liquide est appréciable et rend le gel beaucoup plus digeste, les gobelets pris à la volée n'offrent qu'un minimum d'eau. Je confirme le bon choix de chaussures et également le fait que l'amorti est léger, malgré les boosters et chaussettes de récupération il me faudra 2 jours et un footing de 40 min pour éliminer les raideurs aux mollets.

Pour l'occasion j'ai au poignet gauche la Polar M400 en mode "auto-lap" qui m'apporte une information fiable (distance mesurée 21,24 km) et précieuse à chaque kilomètre. Au poignet droit j'ai programmé ma Garmin 220 pour m'alerter lorsque je dépasse de l'allure cible (3'52"/kilo), malheureusement un lap au km5 stoppe la séance programmée, je poursuis donc aux sensations et avec les indications de la Polar. Je me rends donc compte d'un net fléchissement à partir du km13, heureusement pour moi je suis rattrapé par un bon groupe au km17 que j'accroche et relance une fois le pont de Bry franchis une dernière fois au km19. A l'arrivée sur le stade Alain Mimoun il ne reste que 300m que je fais à bloc, je sais à ce moment que mon record est à quelques secondes. Je passe la ligne, arrête mes montres sans savoir donc si j'ai atteint mon but le chrono étant si proche. Peu après le classement me crédite d'un temps de 1h21'21" mais le doute n'est pas levé, je trouve ce temps bien trop généreux.

Finalement les résultats officiels publiés indiquent 1h21'30". Ouf !

Pour 5 secondes seulement, le RP est validé. Peu importe, car celui là je suis allé le chercher au mental et avec force.

semi_val_de_marne

Crédits photos : Philippe Thuret (alias The Pinkrunner) / Guillaume (Photos Gui Fav)

 

Ce premier trimestre est donc plein de satisfaction, mieux en vitesse et avec mon meilleur niveau retrouvé au seuil. Un retour au top qui me laisse envisager le futur avec plein d'optimisme. Je peux maintenant être gourmand et espérer améliorer ma marque sur 10km au printemps et pourquoi pas sur marathon cet été à Reykjavik.

A l'automne, c'est un record encore plus vieux que j'irai chercher : 1'19'41" sur les 20km de Paris en 2011. L'objectif fixé sera de boucler le parcours en 77 minutes, l'inscription est d'ores et déjà faite.