Comme promis, mon compte rendu du Run In Marseille un week-end haut en couleurs avec les meneurs d'allure " Run & Freedom " (... et un peu plus).

Marseille, l'OM et moi...

Difficile de commencer un article où il s'agit de Marseille sans évoquer la relation un peu particulière que j'ai avec cette ville. Car depuis 25 ans je suis un peu bleu et blanc, des émotions j'en ai connues de toutes sortes, des larmes, des sourires, des amitiés...

Il m'a fallu attendre un peu pour y mettre les pieds, m'y mouiller aux Goudes après une soirée festive.

Puis en 2010, malgré les caprices d'un volcan islandais venu un peu gâcher la fête, j'y cours mon 13e marathon, le chrono (3h18) est anecdotique car je ne l'avais pas préparé pour le courir à fond, mais malgré tout proche de mon record. Quelques mois plus tard je découvre enfin l'ambiance du Vélodrome.

Depuis 4 ans mes visites sont devenues régulières, pour le travail, pour simplement passer une chaude soirée au Vel' ou encore me ressourcer d'un long footing  jusqu'à Callelongue ou au col de la Gineste (pour préparer un Marseille - Cassis que je n'ai toujours par couru : lire ici). J'ai figé au gré de mes déambulations quelques souvenir en prenant de belles photos, le Palais Longchamp, Notre-Dame-de-la-Garde, la Major...

Run In Marseille, rendez-vous au bout du monde...

Alors bien sûr quand j'ai su qu'ASO nous confiait une fois de plus l'organisation de ses flammes sur 10km, semi et marathon, j'étais volontaire direct. Pas complètment remis de ma tendinite le semi me semblait un bon compromis pour profiter de la ville. Le parcours du 10km je le connais par coeur, c'est la boucle que je fais lors de la plupart de mes séjours : Castellane - Plage du Prado - Corniche - Vieux Port. Le semi lui part du Mucem, fait un détour par la tour CMA avant de revenir en centre ville pour une boucle similaire avec incusion dans le Parc Borely.

Le marathon, c'est le graal, un départ aux calanques des Goudes et un parcours majoritairement en bord de mer, un premier passage sur la Corniche, une boucle par Castellane et un 2nd passage sur la Corniche avant l'arrivée sur le Vieux Port. De quoi nourir de nombreux rêves...

Le séjour sera malgré tout de courte durée, arrivés par le train de 15h et départ le lendemain à peu près à la même heure. On retrouve l'équipe des meneurs sur le village et on apprend par la même occasion que le meneur 4h est forfait, on me propose de reprendre sa flamme que j'accepte sans hésitation. Courir un marathon ça ne se refuse pas et par la même occasion le plus beau des départs au bout du monde.

Marseille, c'est aussi la ville de notre équipementtier POLI alors on commence par une séance de photos avec nos belles tenues "Run & Freedom".

1526125_1093980797312831_124972483860476049_n

Run In Marseille, j'suis au taquet fada !

Après une nuit courte et agitée, départ de l'hôtel à 5h30 et première navette sur le Vieux Port à 6h, car ça se mérite un départ au bout du monde.

Pour le petit déjeuner, le bar "20.000 lieues sous la bière" a été réquisitionné, j'ai bien tenté d'en commander une, mais un café fera l'affaire pour accompagner le gatosport. Quelques photos de nos 3 meneurs sur marathon : Franck (flamme bleue : 3h30) - Thomas (flamme violette : 3h45) et moi (flamme verte : 4h00) et le départ va être donné.

20160320_073932

Dans les sas je suis surpris par le nombre important de coureurs dont c'est le premier marathon parmi environ 1000 participants, j'en ai cotoyé quelques uns, et j'aurai pour eux une attention particulière. Il y a Cédric qui m'avait contacté fin janvier via ma page facebook pour quelques conseils, Lisa que j'avais accompagnée 3 semaines plus tôt pour une sortie de 30 bornes, ici même sur la route sinueuse qui mène aux calanques. Et ceux, comme Alex, avec qui j'échangerai quelques mots au départ ou pendant la course. 

Le départ donné, le long cortège s'étire et serprente au bord de la mer, au milieu des calanques, le parcours est valonné sur les premiers kilomètres, il faut être vigilant pour trouver la bonne allure et assez rapidement un bon groupe se forme autour de moi. Certains coureurs viennent à ma hauteur pour discuter, Alex en fait partie, il y a aussi Jean-François plus expériementé qui court régulièrement pour son fils atteint de trisomie. Dans le groupe se trouve également Cédric concentré sur sa course. Et bien d'autres...

Après une douzaine de kilomètres nous rejoignons les coureurs du semi marathon et à l'approche du Parc Borely je vois la flamme 2h05 de Nelly que je dépasse dans le parc. Le parcours faisant quelques aller-retours je croise et fais signe à Franky et Thomas à plusieurs reprises, et Lisa entre les deux flammes partie un peu vite mais qui gère bien. C'est donc mélangés avec les semi-marathoniens que nous prenons pour la première fois la Corniche, entre encouragements pour eux qui vont bientôt en terminer et nous pour rester motivés. A l'arrivée sur le Vieux Port, les chemins se séparent, il nous reste 17 km à parcourir. Comme je l'avais fait quelques kilomètres plus tôt, j'annonce les faux plats (rue de Rome) pour prévenir qu'on va ralentir. On arrive à Castellane où se prépare le départ du 10km, je salue les meneurs qui en finiront à peu près en même temps que moi.

A la relance avenue du Prado, en arrivant aux abords du stade Vélodrome je lance le chant tel le capo dans le virage pour dynamiser mon groupe "Aux Armes...",  les coureurs qui suivent me répondent alors je reprends "Aux Armes..." et ils reprennent en coeur, je continue pour la suite "Nous sommes les marseillais" etc... (paroles légèrement modifiées pour l'occasion). C'était émouvant, commen en témoigne le "pic" sur mon cardio. Pour la seconde fois nous traversons le Parc Borely et le décompte peut commencer, il reste moins de 10 kilomètres même si le plus dur rest à faire.

Comme lors du premier passage sur la Cornice, nous somme mélangés avec les coureurs du 10km, une vague qui nous emporte mais qui a aussi tendance à casser l'unité du groupe, je me retourne parfois pour rassembler et relancer, après le ravitaillement du 35e au départ du faux plat je sens que cetains ont du mal à repartir. Je ralentis. Avant d'arriver au Pharo je perds Alex (crampes), puis Jean-François et Cédric qui se sentent bien et partent devant pour gagner quelques secondes ou minutes. L'arrivée est proche et la fin se fait plutôt en descente, le dernier kilomètre est porté par les encouragement du public sur le Vieux Port, ainsi que les miens. Et voilà enfin l'arrivée.

20160320_123709

Je retrouve Cédric que je félicite pour sa performance (3h58) puis c'est au tour de Lisa qui a rélaisé un super chrono (3h46) et enfin Alex (4h10). Bravo à tous les 3 d'être allé au bout de vous-même pour votre premier marathon. Et bien sûr comment ne pas parlé de Bruno qui monte sur la 2e marche du podium pour son premier marathon (2h52).

Le rendez-vous est déjà pris pour le prochain, pour Alex au marathon de Paris dès dimanche (!!!) et avec Lisa en 2017.

Quant à moi, c'est décidé, je reviendrai très vite ici pour de nouvelles émotions et pour participer au prochain Run In Marseille...